Perspectives professionnelles - Baccalauréat en animation et recherche culturelles

L'UQAM est la seule université à offrir ce programme multidisciplinaire qui intègre la sociologie, la communication, l'histoire de l'art, les études théâtrales et les sciences de la gestion, formant de ce fait des professionnels capables d'une grande polyvalence et qui sont particulièrement appréciés sur le marché du travail. De plus, la Ville de Montréal inclut dorénavant le diplôme de baccalauréat en animation et recherche culturelles parmi les exigences d'embauche de ses cadres en développement culturel.

Les finissants acquièrent des compétences diversifiées et sont capables d'animer des groupes, de travailler au développement culturel, de promouvoir la démocratisation de la culture et de prendre en charge toutes les étapes nécessaires à la mise sur pied d'une initiative culturelle. La grande majorité d'entre eux obtiennent un emploi dès la fin de leurs études. Leur insertion sur le marché du travail est facilitée, entre autres, par le stage obligatoire d'une durée de 600 heures effectué en troisième année.

L'enquête Relance menée par l'UQAM auprès des diplômés du baccalauréat des cohortes de 1999 à 2004 révèle que près du quart des diplômés dénichent leur premier emploi grâce à ce stage, qu’il est possible de compléter à l’étranger. Les diplômés travaillent surtout dans les réseaux publics (organismes gouvernementaux ou municipalités) et communautaire ou dans le milieu scolaire. Le secteur privé (entreprises culturelles ou de services offrant des activités culturelles à leurs employés) leur offre de plus en plus de possibilités. Plusieurs œuvrent au sein des maisons de la culture. Les premiers postes obtenus sont souvent contractuels.

Toujours selon l'enquête Relance de l'UQAM, 80% des diplômés avaient obtenu un emploi «tout à fait» ou «assez» en lien avec leurs études, alors que 22 % d'entre eux poursuivaient leur formation au cycle supérieur.

Emplois et secteurs d'activités

  • Agent culturel dans les maisons de la culture
  • Agent de développement culturel et local dans les municipalités et les régions
  • Animateur d'activités culturelles dans les centres et organismes d'animation socioculturelle
  • Animateur à la vie étudiante
  • Conseiller en loisirs
  • Coordonnateur de programmes de loisirs culturels et socioculturels
  • Ludothérapeute
  • Médiateur culturel en relations interethniques
  • Organisateur d'événements
  • Planificateur de congrès et d’événements

Salaires et statistiques de quelques-unes des professions accessibles aux diplômés

ProfessionEmploi estimé 1Revenu annuel 2Perspectives
Planificateur de congrès et d'événements 3 500 42 000 $ Restreintes

(Source : Le marché du travail au Québec - Perspectives professionnelles 2008-2013, p. 13)

 

1. Emploi estimé en 2008
2. Revenu annuel moyen d’emploi à temps plein en 2005

ProfessionSalaire minimum*Salaire maximum*
Animateur à la vie étudiante 33 000 $ - 37 999 $ 65 000 $ - 74 999 $
Conseiller en loisirs 24 000 $ - 27 999 $ 59 000 $ - 64 999 $
Coordonnateur des loisirs municipaux 24 000 $ - 27 999 $ 59 000 $ - 64 999 $
Ludothérapeute 33 000 $ - 37 999 $ 65 000 $ - 74 999 $
(Source : Repères)
* Calculé sur le salaire moyen annuel en 2009 (animateur à la vie étudiante et ludothérapeute) et en 2008 (conseiller en loisirs et coordonnateur des loisirs municipaux).

Saviez-vous que :

  • Pour remplacer les personnes nouvellement retraitées et soutenir la croissance prévue de l’emploi, plus de 1,3 million de personnes devront faire leur entrée sur le marché du travail entre 2008 et 2017. C’est donc dire qu’il faudra remplacer, en dix ans, plus du quart (26 %) de la main-d’œuvre actuellement en emploi; 
    (Le marché du travail au Québec – Perspectives à long terme 2008-2017, p.24)
  • Les groupes les plus scolarisés ont bénéficié de la plus forte croissance de l’emploi au cours des vingt dernières années. Le taux de chômage des personnes ayant moins de neuf ans de scolarité s’élevait, en 2007, à 16,1 %, alors qu’il était de seulement 3,6 % chez les titulaires d’un diplôme universitaire;
    (Les chiffres clés, p. 18)
  • Les diplômés universitaires jouissent normalement d'une plus grande mobilité professionnelle, d'un meilleur salaire et d'une plus grande stabilité d'emploi, et sont appelés à avoir plus de responsabilités, plus de pouvoir de décision et d'autonomie;
  • Le réseau socioprofessionnel en animation et recherche culturelles de l’UQAM favorise l’insertion des diplômés et des étudiants sur le marché du travail. Il offre une occasion de créer et de consolider son réseau de contacts avec des professionnels œuvrant dans le milieu, par le biais de plusieurs activités d’exploration reliées au domaine d’études (conférences, soirées de réseautage);
  • La vie étudiante dans le programme est bouillonnante et les étudiants s’impliquent dans divers projets visant la mise en pratique de leurs connaissances, par exemple la Ligue d’animation culturelle et d’improvisation (LACI) et le SPECT’ARC.

Sources et liens utiles

Retour en haut de page